Des vanités aux canapés cassés

 

"(...) Dans un premier Canapé Cassé de 1995, beaucoup de choses sont déjà en place : sur un fond crème de papier collés (extraits de documents administratifs en Sütterlinschrift) se détache un canapé fortement structuré, mais malmené, de couleurs rouge et jaune. Le dossier se défait en éléments autonomes, le siège s'incurve et dessine un volume anguleux. Dossier et siège sont fendus, des jours apparaissent, où l'on lit, notamment, le mot Art... "

 

"(...) [La ] froide revue "statique" peut conduire à conclure au caractère interchangeable du crâne, du chevalet et de la palette. Dans les Vanités en général, le crâne représente la mort. Avec Pascal Henri Poirot, on peut tenter d'être plus précis: le canapé est ce qui est peint, il nous paraît représenter la peinture; le crâne, surtout, et la palette apparaissent comme des substituts du peintre."

 

François Petry

 

 

 

Autres textes
Michel Demange,"Abécédaire"
Marie Pesenti-Irrmann ,"Souvenirs écrans "
François Petry,"Fabuleuses chambres de Kouganes"
Roland Recht, "La place occupée"
Daniel Payot, "Douze petites pièces d'inventaire pour P.H.Poirot"
François Petry,"Des vanités aux canapés cassés"
Michel Demange,"Tel le pêle-mêle d'un héraldiste dilettante"
Hervé de Chalendar,"L'art en son temple"
Evelyne Schmitt ,"Créateurs à suivre"
François Petry,"Ödes Land /Pays aboli (extrait)"
retour